Salut l’ami

 Trois bateaux francais accompagne le Damassine pour notre depart de Palau, depart pour les Phillipines, ce devrait etre la derniere traversee avant de retrouver Ben…

 Si ce n’est le depart au cours duquel les autorites frontalieres et portuaires ont pris d’autant plus de plaisir a nous mettre des batons dans les roues qu elles en tirent a chaque fois 100 dollars de plus, ma derniere navigation a bord du Damassine etait la pour rappeler que la voile est un sacre plaisir: Du vent, regulier, et assez fort pour nous faire avancer! Quelques grains, et apres quatre jours les cotes des Phillipines apparaissent!

 Notre armada de « yachties » avait un peu eclate en mer, certain ralentis par des grains, chaque bateaux n’avancant pas a la meme vitesse, l’un d’entre eux a meme eu une etoile filante venue plonger a quelques encablures de son bateau, quelques sept milles du notre, assez impressionant! L’armada s’etait eclate, et s’est retrouvee le meme jour dans une des premiere baie en arrivant aux Phillipines, isolee, sur l’ile de Bucas Grande…

Le changement est assez radical d’avec le reste du Pacifique, le petit vilage isole du fond de notre baie est plus grand que Sola, capitale provinciale des iles Banks au Vanuatu! Si les pirogues sont plus nombreuses, et souvent motorisees, rare sont celle qui viennent s’approcher quand chaque escale etait un veritable debarquement de locaux aux Salomons…

Une nuit de repos, les autres restent aux mouillages, mais le capitaine Silvio sait que son equipie est impatient de retrouver son concitoyen de la Vallee du Giffres, alors on accelere: Pour accelerer, ca va vite, des vents fort et du courant nous font traverserles un petit archipel encastre dans une passe entre deux grandes iles: Les courants sont fort, mais nous passons bien, appuyes par le vent… Helas, arrive a Surigao, notre destination, le port est plus que plein, traffic en tout sens, des bateau mouillent de toutes part, les bateaux sont a couple ou plus sur les quais: Demi tour, vent et courant de face, nous nous refugions sur un ilot, 5 miles au Nord, le village des constructeurs de  bateaux, des coques de toutes part!…

Juste une nuit, et c’est le depart pour Maasin, l’ile de Leyte: Eole a compris que je suis presse, et il a envie de se rattrapper: Damassine affiche dix noeuds, et nous rejoignons le paisible port tot dans l’apres midi, a couple avec une grosse barge.

Salut l'ami dans 04 Philippines img1902

Pied a terre, c’est le retour a Babylone, mais je n’ai guere conscience que ce n’est que le debut! On apprecie le retour des tricycles, poulet et biere a pas cher… Mais le depart est proche.

Une journee, le temps de clarifier, a defaut de faire, mon immigration, un debut de soiree, le temps de partager un dernier verre de Damassine, et « Salut Silvio », un grand merci au capi qui m’a emmener de Noumea aux Phillipines, bon vent a lui…

Je saute dans le bus, quelques 60km le long d’une route peuple tout du long, a travers les riziere, bienvennu en Asie… Je saute dans le ferry, direction Cebu, une nuit de navigation, sans quarts, ca a du bon, on faire des rencontres et se reposer, ouhhh.

Le ferry arrive au petit matin, j attend Ben sur un des nombreux quais, observant l’effervecence, puis un peu de cafouillage, mais en communiquant, on fini par se retrouver sur une avenue: « Salut Benito », c’est la fin d’une periode, de plusieurs peut etre meme, c ‘est la suite de notre aventure aussi qui reprend, c’est surtout le plaisir de retrouver son pote, de voir que l’ on a change, et que pourtant c’est surtout comme avant, quand on trainait nos gros sacs dans les auberges du Venezuela, sur les ferrys de l’Amazone…

On a pris un peu de temps a Cebu, avant de filer en ferry pour la megapole de Manille, les deux gars du Pacifique, des grands espaces se sentent perdus dans babylone…

Aujourd hui on prepare nos visas pour la Chine, on envisage notre route vers la vallee, a travers l’Asie: Force est de constater que les choses ont changes depuis l’epoque ou l’on preparait notre voyage: Depuis mai 2010, les relations sont plus tendus entre la France et la Chine, et les visas pour y aller ne sont guere convenient! Pour la suite aussi, il ne semble plus possible de passer le Tibet comme avant, impossible aussi de passer de Chine a l’Inde par la terre, bref, de grand changements s’impose, nous redessinos la route, et preparons les visas avant de monter au Nord, dans la baie de Subik, a la recherche de voiles pour Hong Kong…

Affaire a suivre.

Salut lami
Album : Salut l'ami

3 images
Voir l'album
 


Autres articles

Répondre

Images de Russie |
Découverte du Cameroun |
collias30 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | été à jijel
| keil4
| surlesroutesenfamille